Archives pour la catégorie Santé

Quels peuvent être les freins à la reconstruction mammaire ?

cancer-sein

Après une mastectomie, les différentes options pour une reconstruction mammaires permettent aux patientes de retrouver leur féminité et d’oublier la mutilation qu’elles ont eu à subir après leur cancer du sein. Il existe pourtant des causes, surtout psychologiques, qui peuvent empêcher les femmes à recourir à la chirurgie réparatrice mammaire. En voici quelques unes.

Peur de la récidive

En 2009, les études montrent que seules 25% des femmes ayant eu une ablation du sein ont recours à une intervention chirurgicale de réparation. En effet, un des principaux freins à la reconstruction mammaire est l’inquiétude par rapport à la récidive de la maladie. Pourtant, les spécialistes sont rassurants sur ce point et estiment que le risque est très faible.

Le tarif et l’attente

Il est vrai que le coût de l’intervention est élevé et peut être un des freins à la reconstruction mammaire. Il faut cependant savoir que s’il se situe entre 4000 et 5000 euros environ, il est pris en charge par l’assurance maladie après un cancer du sein, alors qu’il est intégralement payé par la patiente dans le cadre d’une chirurgie esthétique. Le délai d’attente est parfois long et ceci peut entraîner une lassitude jusqu’au renoncement total.

Question de physique

Certaines patientes de corpulence un peu masculine ou ayant une vie sportive régulière et se sentant plutôt à l’aise avec une poitrine plate préfère renoncer à la chirurgie réparatrice du sein et opter pour des artifices comme le rembourrage du soutien gorge par exemple. Il faut aussi savoir qu’à part le tabagisme, il n’existe pas vraiment de contre-indication formelle à la reconstruction mammaire. Cependant, après les traitements comme la chimiothérapie et la radiothérapie, il y a un délai à respecter avant d’envisager l’opération de reconstruction. Le chirurgien expliquera qu’il faut laisser le temps aux tissus de cicatriser. D’ailleurs, les cicatrices resteront visibles et ce fait peut également décourager certaines femmes.

Aller au resto quand on est au régime, comment ?

Souvent, les personnes âgées sont soumises à des interdictions concernant tel ou tel aliment ou catégorie d’aliment surtout lorsqu’elles sont diabétiques ou sujettes au cholestérol. Etablissez donc une liste de tout ce qui vous est interdit et effectuez votre choix en conséquence. Si, par exemple, vous ne pouvez consommer de la viande, ne vous rendez pas dans un restaurant où on propose toutes sortes de grillades.

Vous n’en sortirez que plus frustré. Au lieu de cela, choisissez un établissement où la spécialité est plutôt le fruit de mer. Le fait que votre nourriture est spécifique implique que vous informiez la ou les personnes avec qui vous allez déjeuner/dîner. Faites leur savoir les restrictions alimentaires qui vous sont imposées.
senior-bien-manger-regime

Choisissez bien votre plat

Que vous soyez au régime pour des raisons de santé ou pour des raisons plus esthétiques, notez que vous ne gagnerez rien à transgresser les règles. Si vous ne pouvez consommer des plats en sauce, optez pour des plats plus classiques mais que vous appréciez. Demandez conseil au serveur, en vous basant sur le contenu de la carte : expliquez-lui ce que vous recherchez, il ne manquera pas de vous orienter. Si vous ne parvenez pas à vous maîtriser ou que la situation vous impose de passer outre les interdictions alimentaires, goûtez de tout sans exagérer. A un buffet, par exemple, pour ne pas être frustré, mangez quelques fruits de mer puis, orientez-vous vers d’autres plats.

Certains restaurants à thème comme le restaurant japonais pourront ravir ceux qui doivent faire attention à leur santé et où toutes matières grasses sont interdites. Rien de tel dans ces cas là que la cuisine made in Japan. Par contre, éviter les pizzerias ou les restaurants mexicains, bien trop lourds au niveau des lipides.

N’oubliez pas qu’en tant que senior, pour pouvoir mordre la vie à pleines dents, vous devez faire attention à ce que vous mangez.

Trouver un dentiste à Paris

Il est primordial de confier vos dents à un véritable professionnel, ainsi n’hésitez pas à prendre le temps de chercher le dentiste qui sera à votre entière écoute si vous voulez retrouver un beau sourire. Si vous êtes dans la région parisienne, voici quelques pistes pour vous aider à bien choisir votre praticien.

Dentiste Paris : la démarche à adopter

Un des points qui fera la différence lors du choix d’un dentiste à Paris est son aptitude à bien cerner vos besoins, surtout si vous venez dans un but esthétique. Le dialogue qui doit s’installer d’emblée lors de votre premier contact doit donc être constructif et totalement transparent. Le spécialiste en esthétique dentaire devra donc être bien entendu un très bon dentiste qui saura prodiguer les soins nécessaires avant toute intervention en vue de l’embellissement de vos dents. Diplômée en chirurgie et en implantologie dentaire, il vous expliquera en long et en large toutes les techniques qui peuvent être mises en œuvre et saura vous orienter vers celle qui vous sera la plus adaptée.

De l’implant à la couronne

Un dentiste à Paris qui maîtrise son savoir faire vous proposera en terme d’esthétique dentaire l’insertion d’implants, la pose de facettes dentaires, le blanchiment des dents ou encore la pose de couronnes. Pour faire le choix du procédé le plus adapté à votre cas, le praticien prendra en compte l’état général de votre dentition, votre âge, vos habitudes alimentaires, mais également la forme de votre visage, votre carnation, la couleur de vos cheveux et de vos yeux. C’est ainsi que vous reconnaîtrez l’expert qui aime son métier et qui ne veut qu’une chose, vous redonner le sourire.

Cette phase de prise de contact avec le praticien est donc déterminante dans votre choix. C’est parce qu’il répond sans hésiter à vos questions et qu’il vous accorde tout le temps nécessaire à la réflexion sans vous forcer, qu’il sera probablement le dentiste esthétique qu’il vous faut.

Sopro et l’imagerie dentaire

Sopro, filiale d’Acteon a révolutionné l’histoire de l’imagerie médicale et dentaire. Né à l’initiative d’un scientifique allemand, l’imagerie médicale a vu naître la radiographie à la fin du dix-neuvième siècle. Un jour qu’il réalisait des tests dans son laboratoire, Wilhelm Röntgen réussit à obtenir une image de ses os obtenus grâce aux rayons X qui allaient enfin permettre de voir à travers le corps humain. Depuis ce jour, de nombreuses évolutions ont permis d’améliorer le principe de la radiographie. Dans les années 1970, le premier scanner fit son apparition. A ce titre, le conebeam cbct Whitefox fait office d’avancée spectaculaire dans le domaine de l’équipement dentaire.

Du matériel dentaire d’exception avec Satelec

Expert en matière de fabrication de matériel dentaire depuis plusieurs décennies, la division Satelec du groupe Acteon fait preuve d’un savoir-faire technique incomparable et de connaissances uniques qui lui permet de proposer aux chirurgiens-dentistes des appareils sécurisés, modernes, fonctionnels, etc. tels que les appareils à ultrasons, des lampes à polymériser, etc. parmi toute une gamme de produits indispensables à la pratique des professionnels de la dentisterie.

L’imagerie dentaire, l’expertise Sopro

Spécialisé dans le traitement de l’image ou ce qu’on appelle communément l’imagerie dentaire, Sopro dispose de produits de qualité tels que les caméras intra-orales, des systèmes de radiologie numérique, des boitiers de connexion, etc. ainsi que des accessoires.

Désormais essentiel pour la pratique des dentistes au quotidien, l’imagerie dentaire s’utilise avant tout à des fins de prévention en vue d’accompagner le dentiste dans l’étude du diagnostic fait au patient. En perpétuelle évolution et en quête d’améliorations, rendues nécessaires afin d’assister les professionnels et de répondre à leurs besoins, l’imagerie dentaire est aujourd’hui l’objet de nombreuses recherches expérimentales.

Sopro possède l’appui des patients et des praticiens. Au cœur du projet, une équipe de chercheurs qui conçoivent  et donnent naissance à vos produits pour vous offrir un service de qualité et un confort inégalable.

La MGEN exprime son attachement au conventionnement

Alors que les organismes mutualistes essaient de trouver toutes les solutions possibles afin de réduire le montant des investissements médicaux de leurs adhérents, certains évènements empêchent l’épanouissement absolu de cette volonté. En effet, il convient de comprendre qu’une mutuelle santé répondant aux dispositions du Code de la Mutualité a vocation à accorder des remboursements complémentaires à ses adhérents lorsque ces derniers s’engagent dans tel ou tel parcours médical. Toutefois afin d’optimiser les dépenses de santé mises à la charge des réseaux mutualistes, certains d’entre eux essaient progressivement d’inviter leurs adhérents à se diriger vers des acteurs particuliers avec lesquels ils ont préalablement établi des conventions de partenariat. C’est notamment le cas en ce qui concerne la souscription d’une mutuelle dentaire ou encore d’une mutuelle optique parce que les deux activités médicales précitées engendrent souvent des frais conséquents mais qui sont susceptibles de varier du simple au triple d’un prestataire à un autre.

Néanmoins, cette approche conventionnelle au sens juridique du terme n’est guère appréciée par certains professionnels du secteur dans la mesure où ils se sentent évidemment menacés par une forme d’exclusion alors même que les réseaux mutualistes représentent une manne financière pour le moins considérable. C’est notamment le cas de la MGEN qui vient de lancer une campagne destinée à réaffirmer sa volonté s’agissant de la poursuite de sa campagne de conventionnement en dépit des critiques appuyées dont elle fait actuellement l’objet : « Plusieurs syndicats professionnels et enseignes d’optique ont engagé ces derniers mois des contentieux avec le groupe MGEN à propos des dispositifs de conventionnement ». Par voie de conséquence, il convient de prendre en considération les arguments réciproquement exprimés par les parties en présence afin de comprendre qu’ils sont recevables de part et d’autre. Dès lors, la seule réelle issue à cette polémique au sujet du conventionnement mutualiste est d’engager une clarification des dispositions Législatives et Réglementaires contenues au sein du Code de la Mutualité à ce sujet.

Jambon ibérique : transformation et affinage

De la transformation à l’affinage, découvrez le processus délicat à suivre lors de la fabrication d’un jambon ibérique.

La transformation du jambon ibérique

La transformation du jambon bellota commence par son découpage. L’opération est réalisée dans une salle spécialisée respectant les normes sanitaires en vigueur. L’hygiène est garantie puisque cette phase est contrôlée de près par des personnes chargées du suivi sanitaire. Le mode de coupe est effectué à la serrana, les morceaux sont ensuite déposés dans l’oreo.

Les jambons sont placés les uns sur les autres, séparés par une mince couche de sel. Ils sont laissés au repos à l’intérieur de la salle de salaison à une température située entre 1° et 5°C et une humidité entre 80 et 90 %. La durée de salaison est de un jour par kilo.

L’affinage du jambon ibérique

Après la salle de salaison, le jambon est débarrassé du sel puis laissé à nouveau au repos dans une salle à une température variant entre 3 et 6°C et offrant une humidité entre 80 et 90 %. Cette période dure entre 35 et 60 jours, cette durée varie en fonction du résultat voulu.

Le jambon bellota suit un séchage à l’air libre destiné à éliminer l’humidité. Pour assurer l’hygiène, ils sont mis dans une pièce ventilée. Le séchage dure entre six et neuf mois. Pendant ce temps, le jambon transpire et les graisses se répartissent à l’intérieur des fibres musculaires.

Offrir un boitier pour lutter contre le cancer du sein

Octobre Rose 2011 – Jane Iredale souient l’association LBBC et lutte activement contre le cancer du sein.

Parce que nous sommes toutes concernées par ce fléau. Parce qu’en parler c’est déjà agir.

Parce que la lutte contre le cancer du sein ne connaît aucune limite…

Cette année encore, Jane Iredale soutient haut et fort l’organisation américaine LBBC (Living Beyond Breast Cancer) et dédie un produit en édition limitée dont l’intégralité des ventes sera reversée à l’organisation.

boitier-cancer-du-sein

Jane Iredale vous propose Roses & Lollipops…

…Un adorable boitier contenant un rose à lèvre et un gloss, « clipsable » au sac à main pour une retouche beauté immédiate en toute circonstance.

Disponible à partir du mois de septembre pour 20 euros.

www.janeiredale.fr

Astuces et remèdes pour problème de transpiration

problème de transpiration

Transpirer c’est désagréable même si on sait que transpirer est aussi essentiel car cela permet de conserver notre corps à la bonne température. Voici quelques conseils qui vont permettront de régler votre problème de transpiration car une forte transpiration peut devenir gênant et vous faire vous sentir honteux lorsque vous êtes en communauté. Exit les grosses auréoles qui se forment sous les bras !

La transpiration intervient quand notre corps risque d’atteindre une température trop élevée due une forte chaleur par exemple. Nos glandes sudoripares se mettent alors en marche et expulsent de fines gouttelettes, à savoir la transpiration pour redonner au corps une température normale.

–        La transpiration crée souvent une odeur désagréable lorsqu’elle se mélange avec les poils. Les sticks et déodorants anti transpirants sont surtout faits pour camoufler les mauvaises odeurs et non réguler la transpiration. Pour vraiment lutter contre il faut un antiperspirant. L’antiperspirant est aussi appelé antisudoral. Celui-ci contenant du sel de zirconium permet de bloquer les pores sudoraux.

–        La sueur n’a pas de mauvaise odeur à l’origine, en revanche lorsque vous avez des poils sous les bras, une odeur se forme. Le mieux serait de se raser. Pas trop souvent tout de même sous peine de créer des irritations de la peau.

–        Boire beaucoup d’eau, se doucher deux fois par jour par exemple pour empêcher votre corps d’atteindre une température trop élevée qui vous ferait suer.

–        Privilégiez les vêtements en coton ou en fibres naturelles car ils absorbent la transpiration. Les matières synthétiques retiennent les mauvaises odeurs.

–        Evitez une trop forte exposition au soleil. Munissez vous d’un ventilateur pendant l’été. Des chaussures ouvertes sont préférables pendant l’été pour éviter la transpiration des pieds.

–        Adoptez la pierre d’alun qui est un sel minéral. Elle est utilisée naturelle comme déodorant car elle élimine les mauvaises odeurs. Elle combat également la transpiration. Elle s’applique humidifiée sur les parties du corps. Vous pouvez l’utiliser à l’état brut ou modifiée : on peut trouver des sticks de pierre d’alun dans certaines pharmacies et dans les magasins bio.

–        Pour la transpiration des pieds, vous pouvez utiliser des galets de bains effervescents aux huiles essentielles que vous ferez dissoudre dans de l’eau avant d’y tremper vos pieds. Vous pouvez opter aussi pour l’huile essentielle de cèdre ou des feuilles de menthe mélangées à votre bain de pied.

–        Détendez vous, prenez du temps pour vous car le stress peut causer une transpiration.

Si vraiment vous suez de façon excessive et que les astuces pour transpirer moins ne fonctionnent pas, n’hésitez pas à consulter votre médecin traitant ou un dermatologue car des traitements existent. Dans les cas extrêmes, une opération chirurgicale est envisageable afin d’empêcher la stimulation des glandes sudoripares qui activent la transpiration.

Une transpiration trop importante peut cacher certaines maladies comme l’herperhidrose qui est une sécrétion anormale des glandes sudorale, le diabète ou de l’hypertension.