Flyers écologiques, l’un des enjeux du XIXe siècle

Les questions de préservation de l’environnement font partie des plus grands défis de ce siècle. Les entreprises d’édition ont ainsi choisi de faire du respect de la nature des arguments de vente et de recherche de clients. C’est aussi un moyen de concilier l’utilisation de flyers et la nature.

Les règles sur les imprimés écologiques

Législation

En matière de loi et de respect de la nature , il y a le code de l’environnement qui sert de balise pour les éditeurs. L’article L541-10-1 est à la fois une obligation et un choix. Il laisse l’alternative entre payer une redevance pour le suivi et traitement des papiers utilisés ou d’imprimer sur chaque feuilles de prospectus à distribuer la phrase «Ne pas jeter sur la voie publique». Cette obligation sert à inciter les cibles à faire preuve de civisme en matière de déchets.

Normes et labels

Pour  les normes, elles concernent en premier lieu les papiers. Ainsi, il y a ceux qui ont obtenu la certification PEFC et FSC. Ces sigles permettent de justifier que le bois qui a servi à la papeterie vient d’une forêt sous gestion durable. Le bilan écologique de ces produits sont comparable à ceux des matériaux recyclés.

Pour ceux qui doivent choisir du papier recyclé, à cause de raisons politiques ou par simple conviction, il faut choisir celui qui a le label Cyclus print. La qualité est presque identique à celle des nouveaux tout en offrant des avantages budgétaires.

Pour les personnes qui veulent que le produit final soit en conformité totale avec le respect de le nature, il faut passer par les imprimeurs qui ont le label IMPRIM’VERT, ainsi c’est depuis la conception, les matériaux et jusqu’aux traitements des déchets que les normes seront respectées.

Respecter l’environnement

Il y a plusieurs conseils à suivre pour produire des prospectus qui soient respectueux de la nature. Pour cela il y a des techniques d’impression qui sont à éviter. Le foulage en fait partie et les aplats de couleurs sont de gros demandeurs d’encre. Il en est de même pour le pelliculage qui doit rester pour les couvertures.

Pour le papier utilisé en flyers, les grammages lourds sont des dépenses inutiles pour le budget et la nature. Pour pousser cette économie plus loin, il vaut mieux rester dans les classiques pour le format, soit de l’A3, A4 ou A5. Autrement, il y aura beaucoup de perte en chutes irrécupérables.