Archives pour l'étiquette mutuelle

La MGEN exprime son attachement au conventionnement

Alors que les organismes mutualistes essaient de trouver toutes les solutions possibles afin de réduire le montant des investissements médicaux de leurs adhérents, certains évènements empêchent l’épanouissement absolu de cette volonté. En effet, il convient de comprendre qu’une mutuelle santé répondant aux dispositions du Code de la Mutualité a vocation à accorder des remboursements complémentaires à ses adhérents lorsque ces derniers s’engagent dans tel ou tel parcours médical. Toutefois afin d’optimiser les dépenses de santé mises à la charge des réseaux mutualistes, certains d’entre eux essaient progressivement d’inviter leurs adhérents à se diriger vers des acteurs particuliers avec lesquels ils ont préalablement établi des conventions de partenariat. C’est notamment le cas en ce qui concerne la souscription d’une mutuelle dentaire ou encore d’une mutuelle optique parce que les deux activités médicales précitées engendrent souvent des frais conséquents mais qui sont susceptibles de varier du simple au triple d’un prestataire à un autre.

Néanmoins, cette approche conventionnelle au sens juridique du terme n’est guère appréciée par certains professionnels du secteur dans la mesure où ils se sentent évidemment menacés par une forme d’exclusion alors même que les réseaux mutualistes représentent une manne financière pour le moins considérable. C’est notamment le cas de la MGEN qui vient de lancer une campagne destinée à réaffirmer sa volonté s’agissant de la poursuite de sa campagne de conventionnement en dépit des critiques appuyées dont elle fait actuellement l’objet : « Plusieurs syndicats professionnels et enseignes d’optique ont engagé ces derniers mois des contentieux avec le groupe MGEN à propos des dispositifs de conventionnement ». Par voie de conséquence, il convient de prendre en considération les arguments réciproquement exprimés par les parties en présence afin de comprendre qu’ils sont recevables de part et d’autre. Dès lors, la seule réelle issue à cette polémique au sujet du conventionnement mutualiste est d’engager une clarification des dispositions Législatives et Réglementaires contenues au sein du Code de la Mutualité à ce sujet.

Internet au service de la comparaison mutualiste ?

Si l’avènement d’Internet a incontestablement bouleversé la vie des Français dans de nombreux domaines, c’est notamment le cas en matière de protection sociale complémentaire. Il convient d’ailleurs de rappeler que la naissance véritable des organismes mutualistes est directement corrélée à celle d’Internet sur le territoire hexagonal si bien qu’il est envisageable d’y voir au moins partiellement un lien de cause à effet. C’est effectivement le développement d’Internet dans les foyers Français qui a permis à chaque mutuelle d’envisager la possibilité de conquérir de nombreux adhérents parce que les réseaux mutualistes ne sont généralement pas établis d’un point de vu strictement géographique.

Ainsi, Internet a clairement permis au secteur de la protection sociale complémentaire de connaître le succès qu’il rencontre aujourd’hui. En revanche, il a entraîné certaines dérives dans la mesure où plusieurs centaines d’organismes mutualistes ont essayé de s’engouffrer sur ce marché florissant sans forcément disposer des compétences ou de la solidité financière requises. Cette explosion concurrentielle devrait malgré tout fortement diminuer puisqu’une logique de concentration est actuellement en train d’être initiée par la première des mutuelles à savoir la MGEN. Il est effectivement préférable de réduire même modestement le nombre d’acteurs présents sur ce marché car cette concurrence acerbe est contre-productive à l’heure actuelle du point du qualitatif en tout cas.

Par ailleurs, Internet est également un vecteur commercial fantastique pour les organismes mutualistes car il est composé de nombreux comparateurs de mutuelles très appréciés par les internautes. Ils permettent effectivement de choisir sa mutuelle sans réellement disposer de connaissances informatiques ni même mutualistes puisque tout le travail comparatif digne d’un courtier en assurance est accompli par ledit comparateur de manière instantanée, automatique et surtout gratuite. En somme, Internet est certainement l’outil qui a permis l’explosion de la protection sociale complémentaire même s’il ne faut pas oublier que ce succès repose avant tout sur les ruines de l’Assurance Maladie sans lesquelles aucun besoin de la sorte ne serait éprouvé par les assurés sociaux.