Quels peuvent être les freins à la reconstruction mammaire ?

cancer-sein

Après une mastectomie, les différentes options pour une reconstruction mammaires permettent aux patientes de retrouver leur féminité et d’oublier la mutilation qu’elles ont eu à subir après leur cancer du sein. Il existe pourtant des causes, surtout psychologiques, qui peuvent empêcher les femmes à recourir à la chirurgie réparatrice mammaire. En voici quelques unes.

Peur de la récidive

En 2009, les études montrent que seules 25% des femmes ayant eu une ablation du sein ont recours à une intervention chirurgicale de réparation. En effet, un des principaux freins à la reconstruction mammaire est l’inquiétude par rapport à la récidive de la maladie. Pourtant, les spécialistes sont rassurants sur ce point et estiment que le risque est très faible.

Le tarif et l’attente

Il est vrai que le coût de l’intervention est élevé et peut être un des freins à la reconstruction mammaire. Il faut cependant savoir que s’il se situe entre 4000 et 5000 euros environ, il est pris en charge par l’assurance maladie après un cancer du sein, alors qu’il est intégralement payé par la patiente dans le cadre d’une chirurgie esthétique. Le délai d’attente est parfois long et ceci peut entraîner une lassitude jusqu’au renoncement total.

Question de physique

Certaines patientes de corpulence un peu masculine ou ayant une vie sportive régulière et se sentant plutôt à l’aise avec une poitrine plate préfère renoncer à la chirurgie réparatrice du sein et opter pour des artifices comme le rembourrage du soutien gorge par exemple. Il faut aussi savoir qu’à part le tabagisme, il n’existe pas vraiment de contre-indication formelle à la reconstruction mammaire. Cependant, après les traitements comme la chimiothérapie et la radiothérapie, il y a un délai à respecter avant d’envisager l’opération de reconstruction. Le chirurgien expliquera qu’il faut laisser le temps aux tissus de cicatriser. D’ailleurs, les cicatrices resteront visibles et ce fait peut également décourager certaines femmes.